Diagonale contre Tour de France !

Samedi 1er juillet – Dernière petite revue de presse sur la Diagonale heureuse avec Ouest France et Le Maine Libre en ce jour de départ de la Grande boucle. Celle ci passera fin juillet à Saint-Geniez-d’Olt, l’une des (belles) étapes de Nadia en Aveyron ! Nous y ajoutons les dernières cartes postales envoyées par Nadia en chemin. Et comme notre marcheuse est revenue, elle sera là, bien sûr, ce dimanche après-midi à l’occasion de l’ouverture mensuelle du salon de thé de la Ferme aux histoires (15 h-19 h)… Vous venez ?

1erjuillet1SAM_67041erjuillet2.jpg

A bientôt, ne lâchez rien !

 

Publicités

Montélimar-Le Mans… Et vivent les « nougats » de Nadia !

28juinRetour4

Jeudi 29 juin – Bonjour à tous ! Cette photo crépusculaire date d’hier soir mercredi à 22 h 45. Une image symbolique qui renvoie à la toute première prise le 9 mai au matin lors du départ de Nadia pour sa Diagonale heureuse. La boucle est donc bouclée. Notre marcheuse avait pris le car le matin à Lablachère pour Montélimar, gare de départ de son TGV direct pour Le Mans. Et à propos de « nougats », les siens vont bien, merci : elle est même allée jusqu’à dire qu’elle marcherait bien encore aujourd’hui ! Il ne faudrait pas exagérer, quand même… Nous serons brefs aujourd’hui mais ce n’est pas une fin car nous sommes très touchés que vous ayez suivi Nadia depuis tant de jours. En guise de salut, ces quelques images qu’elle a glanées lors de son retour à grande vitesse. Cinquante jours pour aller, un jour pour revenir ! A bientôt !

28juin828juin528juin7

Instantanés en garde du Mans à 21 h 40 mercredi28juinRetour128juinRetour328juinRetour2
Merci de nous avoir été fidèles, à très vite !

Retour sur le Hameau des Buis

photo pierre rabhi

Mardi 27 juin (journal du soir très tard !) – Evidemment, aujourd’hui, alors qu’elle n’avait plus rien au programme que se reposer enfin, elle avait un peu le « blues » de l’après Diagonale heureuse… à Joyeuse ! C’est notre Nadia nationale, ça. Elle l’aura encore en arrivant ce mercredi soir à la Ferme aux histoires qu’elle est pourtant bien heureuse de retrouver avec son jardin, ses bêtes, son mari, tout ça… Revenons comme promis sur sa petite visite du Hameau des buis d’hier après-midi. C’est un lieu voulu par Pierre Rabhi, sa fille – Sophie –  et plusieurs autres dans un « désir collectif d’incarner le changement afin de participer à une société plus écologique et plus humaine ». Il y a d’abord eu la Ferme des enfants créée par Sophie, puis une école et un collège Montessori pour 80 élèves de la maternelle à la troisième, des logements pour une cinquantaine d’habitants avec une vie en communauté. Une façon de faire passer le message que le respect et l’avenir de l’homme sont dans le respect de la nature et de la biodiversité. Tout est lié, bien sûr, l’écologie avec l’humanisme ! Voici le lien à suivre : http://hameaudesbuis.com/ . Enfin, si cela vous amuse, retrouvez-nous ce mercredi soir à la même heure pour la dernière photo de Nadia… à l’entrée du chemin de la Ferme aux histoires… histoire de boucler la boucle de ces sept semaines ! Mais le blog ne s’arrête pas pour autant : nous l’alimenterons encore régulièrement, notamment pour un suivi des belles rencontres réalisées par Nadiagonale ! A bientôt.

26juin2eEnvoi3

Maisons de bois et toitures végétalisées
26juin626juin7
Les yourtes. Elles renvoient à l’arrondi du ventre de la création et à notre mère la terre.26juin426juin5
Le dernier ouvrage de Jean-Marie Pelt avant sa disparition, co-signé avec Pierre Rabhi ; ce dernier l’a offert et dédicacé à Nadia (toujours disponible en librairie)26juinRabhi3
Vue des Cévennes depuis le Hameau des Buis26juin8
A demain, si vous le voulez bien !

« Pierre Rabhi, un homme plein d’amour »

26juin10

Lundi 26 juin (édition spéciale) – Mission accomplie ! Nadia a passé près de deux heures en tête à tête avec Pierre Rabhi ce matin, sur la terrasse de sa ferme, au lieu-dit Montchamp à Lablachère. « C’est un homme adorable, plein d’amour… Il m’a remerciée d’être venue jusqu’à lui et m’a prise deux fois dans ses bras », raconte-t-elle, encore émue. « Sa femme Michèle aussi, est adorable, rien de tout ce qui leur arrive ne leur est monté à la tête… Nous sommes vraiment sur la même longueur d’ondes et je ne doute absolument pas de la sincérité de leur démarche. Je suis profondément touchée par ce qu’il dit. Et puis, ils sont resté simples. Quand ils sont arrivés dans les années 1960, il n’y avait pas l’électricité ici et ils l’ont attendue quinze ans. Aujourd’hui, ce qui compte pour Pierre Rabhi, c’est toujours la beauté, l’amour… Et il parle de poésie dans sa vie. » Nadia se sent d’autant plus privilégiée que le paysan-philosophe reçoit une dizaine de demandes d’entretien chaque jour (y compris de la presse) et qu’il a des centaines de demandes de conférences en attente. Pierre Rabhi a 78 ans, Nadia 58 ans. « Il m’a embrassé comme si j’étais sa fille, il est sincère dans son humanité. Je ne regrette pas d’avoir marché si longtemps pour vivre ces instants avec lui, chez lui. » (Sans commentaire d’Henri, cette fois !)
N’est-ce pas qu’ils sont beaux, tous les deux ?26juin926juin3
Nadia sur le chemin de la ferme de Pierre Rabhi ce matin26jjuin226juin14
L’arrivée à la ferme au lieu-dit Montchamp26juin11
Le vieux puits de la ferme de Pierre Rabhi26juin15
En contrebas : les immenses citernes pour collecter les eaux pluviales toute l’année26juin16
Demain, les amis, nous vous montrerons le Hameau du Buis fondé par Pierre et Sophie Rabhi (Sophie est sa fille). Merci pour votre fidélité, bravo Nadiagonale, nous sommes tous fiers de toi !

En visite au Mas de Beaulieu

25juin31

Dimanche 25 juin (journal du soir) – Après avoir visité ce matin la bibliothèque de Lablachère et déambulé sur le petit marché ou elle a rencontré Vincent, jeune maraîcher des environs (photo), Nadia a pu visiter dans l’après-midi le Mas de Beaulieu, centre agroécologique de l’association « Terre et humanisme » créée par Pierre Rabhi il y a plus de vingt ans. Une découverte importante pour elle dans la mesure où ce site découle de la démarche originelle de l’auteur de « Vers la sobriété heureuse ». Pour tout savoir sur les idées développées par Pierre Rabhi et ses amis, suivez ce lien et bonne lecture : https://terre-humanisme.org/
En ce qui concerne Nadia, voici la visite d’aujourd’hui en images suivie d’un retour sur les merveilleux paysages des chaos du bois de Païolive dans lequel elle a failli se perdre vendredi après-midi !

25juin425juin125juin1325juin1025juin2125juin2325juin2425juin1925juin1825juin1625juin15

Le vin d’Ardèche : ici le Chatus, petit cépage ancien de raisin noir commercialisé en coteaux d’Ardèche… C’est leur pineau d’aunis à eux !25juin27
Hier, Nadia a failli se perdre dans ce bois de contes de fées !24juin1624juin1124juin524juin224juin1724juin8
A demain, chers « suiveurs », pour un écho du rendez-vous avec Pierre Rabhi !

La-bla-chère !

Samedi 24 juin (édition spéciale du soir) – Elle-l’a-fait ! Voici la saint Jean, la belle journéééeee… Où Nadiagonale arrive à Lablachère.

24juinLabla1

 Hommage à notre mère Courage…
Surprendre un cerf à Bercé. Boire un vouvray sur site. Passer la Loire à pied. Croiser Ronsard à Langennerie, Jeanne d’Arc à Loches, La Fontaine sur l’Indre et Poulidor à Saint-Léonard-de-Noblat.  Voir les oiseaux de la Brenne. Devenir copine d’une biquette bleue. Rencontrer le biblio’âne. Tremper ses mains dans la pâte à papier du moulin. Tutoyer Uzerche et Collonges-la-Rouge. Lire une histoire dans une école Montessori. Passer la Dordogne et le Lot sur des ponts gothiques et romans. Caresser des petits cochons à la queue en tire-bouchon. Traverser le Figeac de Champollion. Voir de loin le Massif central dans l’orage. Inverser le chemin de Compostelle, passer Conques et dormir en dortoirs. Franchir des cols de 700 mètres et boire à l’eau des fontaines. Rencontrer le lièvre, la fouine, la vipère et l’écureuil. Caresser le cheval d’Henri IV. Rêver de la bête du Gévaudan. Traverser Estaing puis Chirac. Cuire dans le Causse de Sévérac. Voir de loin la cathédrale de Mende. Croiser le chemin de Stevenson à La Bastide. Trouver Villefort au pied du Mont Lozère. Découvrir des Jardins en partage et partager l’amitié. Saluer la biche et ses faons en entrant dans l’Ardèche. Trébucher, tomber, se relever. Entrevoir les fées dans le bois de Païolive. Pleurer sur la pancarte de Lablachère.
Rencontrer Pierre Rabhi un matin. Arriver à Joyeuse, terminer heureuse.
photo : Nadia se désaltère dans un café de Lablachère après son arrivée ce soir24juinLabla9
 L’église de Lablachère24juinLabla624juinLabla8
Grand immeuble de banlieue cévenole24juinLabla7
« L’ours et le lion » des chaos de calcaire du bois de Païolive24juin15
Quand on vous dit qu’il a fait chaud !24juin22
Les titres de blog auxquels vous avez échappé :
En marche – La longue marche – Carnets de campagne – La Sarthe insoumise – Le sexe fort – Cours après moi que j’t’attrape – Marche à l’ombre – Je n’m’enfuie pas, je vole – Je m’en vais… ou je m’en vas (car les deux se disent je crois) – Le grand chemin – Voyage avec un chariot dans les Cévennes – Le chariot de feu (charriot of fire) – Autorisé aux deux-roues non motorisés – A hue et Nadia – Sept semaines sans Ballon
Vous vous souvenez ? C’était le mardi 9 mai, il y a quarante-sept jours !

3C'est parti !

Merci les amis, mais ce n’est pas fini… De nouvelles images et petits propos dans les jours qui viennent, en attendant le rapport de la rencontre avec Pierre Rabhi lundi !

 

Quelle veine… Les Cévennes !

Vendredi 23 juin (Journal du soir) – Nous y sommes ! Nadia dort ce soir dans un petit hôtel de la montagne sur la commune des Vans, en lisière du fameux bois de Païolive (extrême ouest des Cévennes ardéchoises) qui inspira nombre de légendes. Sa journée a été épuisante, avec encore des pentes et des chemins difficiles par 37 degrés à l’ombre. J’aurai bien aimé être là pour la cueillir, la porter, la mettre au lit. Mais – comme nous l’écrivions déjà sur les bords de la Loire – elle devait « boire la coupe (de vouvray) jusqu’à la lie » car c’était son choix ! Ce matin, Nadia quittait donc un superbe ensemble de cabanes et de yourtes d’hôtes à Malons-et-Elze dans un écolieu tenu par un couple très respectueux de l’environnement – Les Masades – avec vue plongeante sur la montagne. Depuis quelques semaines, elle passe des nuits sur des lieux qui évoquent les vacances, sans malheureusement pouvoir s’y arrêter, avec juste quelques heures pour apprécier les paysages, les gens qui l’accueillent. C’était le cas encore hier soir, quand elle a dîné en compagnie d’autres hôtes tout à fait charmants, lesquels ont pris cette photo-souvenir (Nadia est la première à droite) :

22juinsouvenirRepas

Ce samedi après-midi, après avoir découvert le bois de Païolive, Nadia prend le car au bout du chemin de son hôtel pour atteindre Lablachère, à moins de 10 km. Elle se posera alors pour le week-end avant son grand rendez-vous de lundi avec Pierre Rabhi chez qui elle se rendra à pied, bien sûr. Son programme de samedi et dimanche n’est pas encore établi mais elle ne restera pas inactive. Voici quelques belles images du gîte de Malons-et-Elze et des paysages traversés ce vendredi par une chaleur étouffante :

23juinLafin322juin3722juin3822juin3922juin4422juin3022juin25

La yourte de Nadia. Quel gâchis d’y dormir toute seule !

22juin41

Un seul programme télé : « Echappées belles » !

22juin2422juin1923juin323juin523juinLafin123juin623juinLafin2

« Euhhh… Mesdemoiselles… Un petit pet – pardon, un petit sourire ? »

23juin1122juin1522juin16

C’est bientôt fini les amis… « Pourtant, que la montagne est belle ! » chantait Jean Ferrat l’Ardéchois d’adoption. A demain, merci de nous être si fidèles !

 

Gare aux gars du Gard !

Jeudi 22 juin (journal du soir) – Le titre, c’est surtout pour faire joli. A la vérité, ces messieurs du Gard sont sûrement aussi gentils qu’ailleurs dans leur ensemble. Quand bien même ils ne le seraient pas, la mise en Gard(e) ne dure pas longtemps : juste une nuit dans un excellent gîte de Malons-et-Elze, commune la plus au nord du département, et quelques kilomètres avant d’entrer chez les voisins par le GR 44. Et qui sont les voisins s’il vous plait ? LES ARDECHOIS ! L’Ardèche sera le dernier des onze départements traversés depuis le 9 mai. Mais demain est un autre jour… Lisez plutôt la belle rencontre du jour à Villefort, toujours en Lozère :

22juin7

Ce matin jeudi, Nadia se rendait sur le petit marché de Villefort (Lozère) à la rencontre de Pierre et Pierrette Lenormand, de Julien (leur fils) et de Juliette (volontaire du service civique) qui tenaient un stand à fin de collecte participative pour offrir un poulailler-serre aux Jardins en partage. Une association tout à fait remarquable qu’ils ont semée il y a trois ans et un hiver, et qui permet de récolter aujourd’hui un beau panier : solidarité, citoyenneté, gestion écologique, préservation de l’environnement, insertion sociale, alimentation saine… Cela plairait à coup sûr à notre ami Philippe Bertrand des Carnets de campagne (France inter 12h30, dénoncez-les !). Villefort est un village de moyenne montagne perché à quelque 600 mètres avec à peine plus d’habitants. Peu de terres arables à cultiver. Qu’à cela ne tienne ! Les bénévoles de l’association se sont fait prêter plusieurs terrains ou jardins en friche qu’ils ont travaillés, travaillés, travaillés encore, appliquant au mieux les plus beaux préceptes de l’agroécologie : cultures en butte, optimisation du compostage, utilisation de l’eau du ruisseau, échanges de graines et de semences, etc. Le plus beau est sans doute de voir chaque année les enfants des écoles récolter les pommes de terre qu’ils ont semées avec leurs enseignants et les bénévoles pour les offrir aux Restaus du Coeur… C’est tout simplement magnifique et, pourtant, d’une telle évidence humaniste ! A ce jour, Les Jardins en partage ont recueilli un  millier d’euros, 75% de la somme nécessaire à la réalisation de leur poulailler-serre. Si vous voulez les soutenir – même de loin – pondez-leur un petit billet, c’est tellement beau ce qu’ils font là-bas ! Nadia les a quittés à regret, enchantée d’avoir foulé les « planches » potagères du Jardin des Fangouses et de celui des Dames ! Voici le lien de leur site : http://lesjardinsenpartage.com/

logo les jardins en partage

Et la suite en images du jour :
Petite Pierrette à 75% de ses capacités financières entre Juliette et Julien… L’histoire ne dit pas si La Poste a donné mais ont peut encore rêver puisqu’on lui fait sa pub

22juin13

Petite Nadia enchantée entre Pierrette et Juliette (bis repetita)

22juin6

Les jardins de Villefort

22juin1022juin1122juin1222juin9

… Et puis Nadia a du repartir, tailler la route

22juin3

Arrêt de la marcheuse à l’église Saint-Pierre de Malons : on ne sait pas si c’est pour la prière ou pour la fraîcheur…

22juin2

A demain, les amis, ce sera l’arrivée aux Vans, dernière étape avant Lablachère !

Ecarts en cars et train-train des Causses aux Cévennes

Mercredi 21 juin (journal du soir) – Bienvenue si vous nous rejoignez suite à la lecture de le mans maville.com ! En fait de musique, Nadia s’est offerte aujourd’hui celle du petit train des Causses dans des paysages magnifiques, puis de deux cars rouges pompiers qui l’ont acheminée jusqu’à Villefort, via Chirac (!), Marvejols, Mende et La Bastide-Puylaurent. Une façon d’entrer dans l’été en se reposant… Mais pas que ! A Marvejols, elle avait rendez-vous avec la directrice du lycée d’enseignement agricole privé Terre Nouvelle, établissement dont elle ne pense que du bien après cette visite. « Leur credo est de former des hommes et des femmes libres et engagés, responsables de leurs choix. Ils ont créé des classes mieux adaptées aux rythmes biologiques des jeunes et aux intelligences multiples. Ils ont imaginé une après-midi « sans cartable » en quatrième, c’est à dire en extérieur. Il y a aussi toute une pédagogie autour de la ferme : un jardin-potager, un élevage de poules et de lapins, la transformation de produits agricoles, etc. » Et, devinez-quoi ? Ici, le prof de math propose un atelier de magie, celui de français du jardinage et on peut aussi profiter de lecture de contes, de mime, d’une chorale… « Il y a aussi des ruches et une initiation à l’écologie. » raconte Nadia. Au-delà de cette intéressante étape studieuse, la journée à une semaine de son retour en Sarthe restera celle des vues magnifiques du train et du car avec les abords du sud Gévaudan, la montagne de la Boulaine, les causses de Changefège et de Mende, la montagne du Goulet et, enfin, au loin, le Mont Lozère. Quelques dizaines de kilomètres pour passer d’un département à l’autre, frôler la source de l’Allier et, surtout, croiser à La Bastide le fantôme de Robert Louis Stevenson en Voyage avec un âne dans les Cévennes en 1878. Nadia, c’est notre Modestine à nous ! La journée en images :
Ce matin, départ de la gare de Campagnac, village natal d’Edouard Privat, fondateur de l’excellente maison d’édition toulousaine qui porte son nom

21juin221juin121juin521juin3

Nadia a eu droit à une visite privée du lycée agricole de Marvejols… Merci pour l’accueil !

21juin6

Le verger-jardin potager pédagogique

21juin1021juin921juin11

« Mince… Va falloir encore refaire la peinture pour écrire Occitanie, maintenant ! Ils ne se rendent pas compte, à Paris ! »

21juin14

Le barrage de Villefort sur l’Altier, le plus grand construit en France au XXe siècle

21juin1921juin1821juin17

A La Bastide, Nadia a croisé le fameux chemin de Stevenson devenu GR 70

21juin1521juin16

Demain, Nadia dormira dans le Gard à Malons-et-Elze (tout en haut du département, un petit bout de 15 km !). Merci pour votre fidélité !

Au pays de « Microcosmos » !

escargot boit

Mardi 20 juin – Dernière photo transmise : Nadia (3 km/heure) qui boit à la source dans les Grands Causses. Ce n’est pas une photo de hasard ! Le superbe Microcosmos de Marie Pérennou et Claude Nuridsany diffusé ce soir sur Gulli a été intégralement tourné dans une prairie de Salles-la-Source, à moins de 20 km des gorges du Lot qu’elle remontait ces derniers jours ! C’est dire si, ici, le « petit peuple de l’herbe » a du talent… Arrivée en milieu d’après-midi à l’hôtel-restaurant de Campagnac (très bon accueil), elle racontait qu’elle s’était contentée de suivre des petites routes aujourd’hui, le chemin de Compostelle ayant bifurqué vers le nord. Elle a du laisser les rives du Lot, rivière qu’elle retraversera dès ce mercredi matin en TER pour rejoindre la petite ville de Marvejols où elle doit visiter un original lycée d’enseignement agricole nommé « Terre nouvelle ». Demain sera d’ailleurs une journée de « saut de puce » en transports en commun (ce qui était prévu) pour parvenir, en car, à Villefort, via la cité Lozérienne de Mende. L’occasion, aussi, de reposer son corps avant la dernière ligne droite (!) Villefort-Lablachère. L’escargot, c’est l’emblème entre autres du mouvement international né à Turin Slow food et Slow life, tout à fait l’esprit de la Diagonale heureuse, celui de la décroissance ! Quelques images pour votre plaisir :
« Moi, se dit le petit prince, si j’avais cinquante-trois minutes à dépenser, je marcherais tout doucement vers une fontaine… » (ici Saint-Saturnin-de-Lenne)

20juin8

En chemin du côté de La Capelle-Bonance

20juin4

Attention : passage de bergers !

20juin5

Petit patrimoine de pays après Saint-Geniez-d’Olt

20juin6

 Vue depuis l’altitude de 600 mètres environ

20juin2

Le chemin qui longe le Lot vers Sainte-Eulalie-d’Olt

19juin11

Et voici Sainte-Eulalie…
19juin1219juin719juin5
« Donc nous disons : une au chocolat et deux à la fraise, c’est parti ! »

20juin3

A demain, les amis, pour fêter l’été en Lozère ! Merci de votre fidélité (Henri)